Un conflit ? Les différentes réactions possibles

Un conflit n’est pas simple à résoudre. Peut-on le prévenir? Comment réagir? Quelles sont les réactions type?

les-deux-anes

• Évitement. Certaines personnes se retirent systématiquement en situation de conflit; elles minimisent ou nient le problème. C’est souvent dans le but de ne pas nuire au groupe que certains évitent d’exprimer leurs réserves, leurs émotions ou leurs désaccords. Bien qu’il soit plus facile à court terme d’éviter les sujets litigieux, les insatisfactions non résolues sont susceptibles de compromettre la bonne entente. Il en résulte la plupart du temps un cumul de frustrations qui incite certains coéquipiers à moins s’investir, ce qui peut nuire au bon déroulement du travail ou provoquer un conflit. Même s’il peut arriver que certains conflits se résolvent d’eux-mêmes avec le temps, fuir toute forme de confrontation contribue au maintien du problème et freine l’acquisition d’habiletés pour le résoudre.

• Conciliation. Certaines personnes sont d’un naturel conciliant et cèdent devant l’insistance de l’autre afin de ne pas provoquer un conflit. Souvent, ces personnes craignent de déplaire ou de blesser en s’affirmant. Leur mécontentement peut alors s’exprimer de manière détournée, sous forme de bouderie ou de commérages. Céder implique en quelque sorte de sacrifier son opinion. Le fait de demeurer vigilant avant de faire le choix de tout concéder à l’autre en disant « comme tu voudras » peut aider à ne pas accumuler les frustrations ou à se sentir amer.

• Rivalité. D’autres cherchent à tout prix à faire valoir leur point de vue et à avoir raison. Ils sont prêts à tout pour l’emporter sur l’autre, y compris à utiliser le sarcasme, la dévalorisation, l’agressivité et l’humiliation. Cette attitude a des effets négatifs sur le climat de travail au sein de l’équipe et contribue à envenimer le conflit.

• Collaboration. La collaboration permet de trouver une solution satisfaisante pour les parties. Chacun travaille dans un esprit d’équipe plutôt qu’en fonction de ses intérêts personnels. La collaboration demande une bonne dose de confiance envers les autres, de l’ouverture ainsi que de bonnes habiletés d’affirmation de soi et de résolution de problèmes. Elle exige du temps et de la délicatesse, mais préserve la qualité des relations.

• Compromis. Afin d’arriver à un compromis, chacune des parties concède quelque chose, mais gagne sur un autre plan, ce qui permet de trouver une solution acceptable, même si elle n’est pas totalement satisfaisante. Les personnes concernées doivent faire preuve de flexibilité. Tout comme la collaboration, cette attitude permet l’implication de tous et stimule la motivation, la productivité et la satisfaction.

 les-deux-anes-2

Propos tirés d’un très bon article à ce sujet :
Article à lire ici


Plus que 3 jours avant la clôture des inscriptions
pour notre stage sur la gestion de conflit
du 31 Mai au 2 Juin 2015
au prix exceptionnel de 250€ par personne !

Inscrivez-vous vite !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s