Empathie vs Sympathie

Aujourd’hui, l’empathie est à la mode, à la différence de la sympathie. Mais quelles sont les véritables similitudes ou différences ? Et en pratique, pourquoi opter plutôt pour l’empathie ou la sympathie ?

Que dit le dictionnaire à ce sujet ? Pour le Larousse, l’empathie et la sympathie sont bien deux choses différentes :

  • Empathie : « Faculté intuitive de se mettre à la place d’autrui, de percevoir ce qu’il ressent. »
  • Sympathie : « Penchant naturel, spontané et chaleureux de quelqu’un vers une autre personne »; « Participation à la joie, à la peine d’autrui »; « Bienveillance, disposition favorable envers quelque chose »

Brené Brown, professeur et chercheuse de l’université de Houston, nous explique en caricature (et en anglais) la différence en pratique entre les deux termes.

En effet, selon elle, l’empathie et la sympathie sont deux choses radicalement différentes. L’empathie conduit à la connexion à l’autre, la sympathie dirige une déconnexion.

L’empathie serait la capacité à reconnaître la perception de l’autre, c’est-à-dire accepter que le point de vue, ou l’émotion de l’autre soit sa propre vérité dans son propre mode de fonctionnement.
L’empathie est donc la capacité à créer un lien entre ce que vit l’autre et une expérience personnelle nous en rapprochant. Ce n’est donc pas de ressentir la même chose, mais bien de comprendre ce que ressent l’autre.
Une réaction empathique serait, en caricaturant « je comprends vraiment ce que tu ressens, et je te remercie de partager ça avec moi. »

La sympathie, dans la vidéo légèrement caricaturée, représenterait la façon de vivre l’émotion de l’autre de manière totalement immergée dans son ressenti (mais aussi parfois complètement détachée)
Dans cet article donnant des conseils pour développer son empathie, il est très bien expliqué que la sympathie est le reflet de notre propre sentiment, imaginé dans la situation de l’autre.
Une réaction sympathique serait, toujours en caricaturant « tu es triste, du coup je me sens triste aussi. » ou « tu es triste, mais si on compare, tu ne devrais pas l’être. »

my-funny-valentine-4-1312602-639x426.jpg
source image : sxc.hu

Difficile de voir les subtilités dans la pratique de l’empathie et de la sympathie, n’est-ce pas? Les émotions fortes (positives ou négatives) des autres sont souvent effrayantes, et nous mettent en situation de vulnérabilité parce que nous ressentons inconsciemment ce que ressent l’autre sans savoir comment gérer cette émotion.

Développer son empathie est utile pour bien fonctionner en équipe : c’est rester maître de ses émotions tout en acceptant les émotions des autres. C’est accepter que les autres puissent avoir une réaction différente de la nôtre et savoir être présent et à l’écoute de l’autre sans le juger ni lui donner son point de vue.

Publicités